Page 1 sur 1

Mon témoignage de guérison !

MessagePosté: 12 Jan 2014, 19:04
de Untemoignage
Bonjour à tous, voici mon témoignage concernant la pelade.
Je ne sais pas si ça vous intéressera de le lire mais ça fait déjà du bien d'écrire :D

J'ai commencé à perdre mes cheveux par de petites plaques (5cm de diamètre).
J'avais tout juste 17 ans quand ils ont commencé à tomber,
Au début ma mère pensait à une teigne et les medecins étaient confus à ce propos. Un examen m'a permi d'exclure cette possibilité, ce qui n'a pas plu à ma mère.
Il est en effet plus rassurant d'être confronté à quelque chose que l'on sait guérir. Une maladie qu'il appellent psychosomatique, c'est toujours déplaisant.

Puis mes cheveux ont commencé à tomber de plus en plus.
Au départ j'essayais de cacher les "trous" avec des barettes, mais il est arrivé un moment où elles ne suffisaient plus, ça se voyait.
J'étais étudiante en prépa à ce moment, et j'ai commencé à mettre un bonnet.
Ca allait au début, c'était l'hiver et je disais aux autres que j'avais froid.
Seulement est venu un jour où un de mes camarades s'est amusé à me l'enlever. Et j'ai pleuré.

Après une longue reflexion, et des recherches internet, j'ai pensé à mettre une perruque.
Le choix a été vite fait, c'était le plus radical pour cacher les trous causés par la pelade.
En dehors de quelques questions gênantes, je me sentais au début à l'aise avec ma perruque.
Mais c'était beaucoup d'entretient. Elle s'abîmait vite et coûtait très cher en produits d'entretien.
J'en ai eu au total trois. Mais à la fin, je devenais totalement parano.
Quand je sortais dans la rue, je tenais le bout des cheveux de peur que le vent l'emporte.
Quand j'étais en cours, je me mettais au fond, de peur que ça se remarque.
Je me forçais à sourire quand on me disait "vous avez de beaux cheveux".
Aller en cours était pour moi une épreuve invivable, je n'arrivais pas à assumer ma maladie.
Sous ma perruque, mes cheveux commençaient à repousser lentement.

Les médicaments et les crèmes que je prenais au début ne me donnaient pas espoir et je reste persuadée que la clé de la guérison est en nous, dans notre cerveau.

J'ai réussi finalement à le dire à quelques amis, qui m'ont tous rassuré.
Et pendant les dernières vacances scolaire j'ai enlevé, pour toujours je l'espère, cette perruque pleine de mauvais souvenirs.
J'ai commencé une nouvelle année, avec de nouvelles personnes et celles qui m'ont soutenues toujours auprès de moi.

De par ce témoignage j'espère vous faire garder espoir en la guérison.
Je sais que beaucoup sur ce forum ont une pelade bien plus sévère voire totale.
Mais malgré les moments difficiles que cette maladie m'a apporté, j'ai pu prendre conscience qu'être malade ce n'est pas une honte, et savoir quels sont mes véritables amis..

Image Image